Surcharge pondérale circulatoire

Visuellement…

Cette surcharge concerne essentiellement le bas du corps ainsi que les bras. On remarque un bourrelet cellulitique dès la racine des cuisses, juste dans le pli de l’aine, où prennent naissance les vaisseaux veineux et lymphatiques,. La face antérieure de la cuisse est couverte de cellulite, en aspect de « bouclier ». Toute la jambe est alourdie jusqu’à la cheville, comme si la personne avait chaussé des bottes trop grandes pour elle.

 

Comment caractériser ce type de surcharge ?

La personne se plaint de lourdeurs de jambes, de gonflements et d’oedèmes, soit dès le matin (« botte veineuse »), soit le soir (« botte lymphatique »). Au toucher, la graisse est dure, très froide, généralement marbrée de rouge, voire violacée par endroits. Parallèlement, les personnes touchées présentent souvent une hyperlordose (une cambrure excessive du dos qui gêne les retours veineux et lymphatique), ainsi qu’une couperose du visage (signe d’une mauvaise circulation). Les personnes touchées se sentent généralement bien mieux en hiver qu’en été (la chaleur aggrave les problèmes circulatoires), et tout traitement hormonal risque d’aggraver le problème.